COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

© P.Beltrami - Mayenne Tourisme

Le Mont des Avaloirs à travers les yeux des enfants

Depuis le mois de novembre 2019 et ce jusqu’en juin 2020, Benjamin Grafmeyer travaille avec les élèves de 8 classes du territoire dans un but d’éducation à l’art et à la culture, dans le cadre d’une résidence avec la Saison Culturelle de la Communauté de Communes du Mont des Avaloirs. Ce graphiste plasticien et artisan imprimeur en sérigraphie a ancré son projet sur le territoire et propose aux différentes classes qu’il rencontre une exploration sensible de nos communes. Après avoir imaginé ensemble ce qu’il peut y avoir sur et sous le Mont, les élèves se sont intéressés du 20 au 24 janvier aux notions de « parcours » et « déplacement ». Une rencontre parents-enfants a également eu lieu avec l’artiste dans l’école de Gesvres mardi 21 autour de la sérigraphie.

.

Le mouvement donne la forme à un langage graphique

Du 9 au 13 décembre, Benjamin Grafmeyer a retrouvé les élèves des écoles de Pré-en-Pail-Saint-Samson, de Gesvres, de Javron-les-Chapelles, de Villaines-la-Juhel, de Saint-Calais-du-Désert, et de Lignières-Orgères. Ils ont évoqué la géographie du territoire mais aussi ses légendes. Sur le thème « Imagine ce qu’il peut y avoir sur et sous ma montagne », les enfants ont laissé libre court à leur imagination pour représenter des monstres, des forêts, des maisons, des animaux et des hommes. « Les enfants semblent bien avoir absorbé le projet d’exploration. Les enseignants continuent de les stimuler entre chaque séance » indique Benjamin.

De retour du 20 au 24 janvier dans les 8 écoles, le graphiste plasticien a cette fois travaillé sur les notions de « parcours » et « déplacement ». En lien avec les professeurs, ils ont imaginé des parcours de motricité et des chorégraphies. De là, les artistes en herbe ont cherché à illustrer graphiquement leurs corps dans l’espace. « Cette séquence invite les élèves à considérer l’une des fonctions les plus essentielles du design graphique : identifier une chose par l’intermédiaire d’une autre, laquelle devient signe » explique Benjamin Grafmeyer. L’objectif est bien de représenter le mouvement, le déplace­ment sans figurer le corps. De retour en classe, les enfants ont découpé des formes pour figurer ces mouvements : un rond représentant une ronde ou une roulade, une étoile pour un saut… Tout ce travail nourrit peu à peu la cartographie imaginaire et sensible du territoire.

.

Des rencontres parents-enfants autour de la sérigraphie

Benjamin Grafmeyer souhaite également inclure les adultes dans son travail de cartographie. Pour cela, il inclut dans sa résidence des rencontres avec les parents des élèves, à l’image de ce premier rendez-vous mardi 21 janvier à l’école de Gesvres. Après avoir présenté son projet et ses réalisations d’affiches en sérigraphie, il leur a demandé à leur tour de découper des formes, des mots, des dessins évoquant pour eux leur territoire pour ensuite créer ensemble une affiche. Une rencontre aussi riche pour les parents, les enfants et l’artiste, pressés d’arriver à la restitution finale de cette résidence le samedi 13 juin sur le Mont des Avaloirs bien sûr !

Autres actus

Louis Gilbert - Bourse à la Création 2020
itineraire_veloscenie_voie_verte_pre_en_pail
Vacances enfance jeunesse CCMA
Comité de partenaires Contrat de Transition Ecologique 16 septembre 2020 ©Ouest France©Ouest France
Plaquette service Culture CCMA 2020-2021

X
X